Suivre une formation caces pour obtenir le permis cariste

Le permis cariste

De nombreux métiers sont au rendez-vous dans le secteur de la logistique. Les commerciaux et les employés de bureau s’avèrent généralement les plus nombreux dans une entreprise. Par ailleurs, avec un grand local de stockage, l’intervention des conducteurs d’engins s’avère également très importante. Découvrez quelques astuces pour repérer la meilleure formation CACES afin d’obtenir votre permis cariste. 

En quoi consiste le métier de cariste ? 

Un cariste, également appelé manutentionnaire cariste, est un professionnel qui garantit la conduite des équipements de travail mobiles automoteurs qui servent au levage. Il se charge du déplacement des marchandises allant du local de stockage vers le magasin, et vice-versa si nécessaire. En même temps, il est chargé de vérifier la quantité et le contenu des paquets qu’il transporte. 

Dans le secteur du BTP, le cariste est un conducteur d’engins. Il déplace les blocs de pierre, les terres, les sables ainsi que tous les matériels liés à la construction, en se servant d’une machine. Il peut également participer à la démolition d’un immeuble. Afin d’assurer ses fonctions, l’intéressé doit obligatoirement disposer d’un Certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (CAES). 

Avec ou sans bac, il est possible de poursuivre la formation CAES. Les formateurs exigent le diplôme de CAP / BEP pour ceux qui souhaitent obtenir le permis cariste. Au fil des années, le professionnel peut bénéficier d’une évolution considérable dans son métier. Selon les organisations au niveau de son entreprise, il devrait assurer le poste de gestionnaire de stocks ou de chef magasinier.

Rejoindre un centre de formation agréé

Une fois que vous êtes décidé à exercer le métier de cariste auprès d’une entreprise ayant un département logistique important de votre localité, réalisez tous les nécessaires pour acquérir votre permis. Menez quelques recherches sur internet pour découvrir la liste des établissements qui proposent une formation CACES. 

Il existe trois étapes dans le permis cariste. Pour le CACES 1, l’intéressé s’occupera de la conduite d’un transpalette d’une levée inférieure à 1m. Pour cette option, la formation ne durera que 2 jours. Pour un niveau plus évolué, le CACES 3 propose conduit d’un chariot élévateur de capacité de 6 tonnes au maximum. Pour la conduite d’un chariot élévateur à mât rétractable, il convient de miser sur le CACES 5.

À la prise du poste, le salaire d’un manutentionnaire représente l’équivalent d’un SMIC. Par ailleurs, l’employé peut profiter de diverses indemnités. Afin de garantir toutes les missions liées à cette profession, il faut avoir une bonne résistance physique. Des tâches répétitives et fatigantes seront au rendez-vous au quotidien.

Participer à une formation à coût raisonnable

Vous n’avez pas besoin de dépenser des années universitaires pour tenter de postuler le métier de cariste. La durée de la formation cariste n’est que de quelques jours. Il est ainsi possible de trouver un poste fixe auprès d’un grand magasin disposant un local de stockage ou une enseigne BTP en seulement quelques semaines. Comme il s’agit d’une formation de courte durée, vous n’aurez pas à préparer une grosse somme. Toutefois, essayez de repérer l’offre de formation la moins chère. Il existe plus d’une trentaine de centres d’études. Vous avez intérêt à comparer les prestations de quelques instituts de formation caces avant de prendre une décision. Après la formation, il est obligatoire de passer un test. À votre succès, vous profiterez à la fois d’un certificat de fin de formation et de votre permis cariste. 

Dans le cas où vous n’ayez pas les moyens de couvrir les frais de la formation, vous pouvez tout de même postuler auprès d’une grande entreprise. Quelques appareils de levage ne nécessitent pas un permis cariste, à ne citer que les transpalettes manuels / électriques, les gerbeurs manuels / électriques ainsi que les tables élévatrices.

Quel est le rôle du service Recherche & Développement dans une société de travaux ?
Quelles sont les dernières innovations dans le secteur du bâtiment ?